L’Entropie, selon Mylonite – Interview Alunissons

Le saviez-vous ?

L'Association Alunissons regroupe ceux qui souhaitent développer et encourager la capacité créative humaine individuelle et collective, quels que soient leur âge, leur statut, ou leur niveau de compétences.

Les membres Alunissons peuvent :

- Présenter leurs projets et leurs grands rêves mêmes les plus fous, bénéficier des talents des autres membres, et offrir leurs talents en échange ;
- Créer des contenus pour les médias Alunissons et bénéficier d'accréditations presse ;
- Partager leurs savoirs en vendant ou en offrant des cours Alunissons en ligne.

Ça vous dit d'en savoir plus ?

Nos coordonnées

+33 6 98 25 33 77
hello@alunissons.com
Découvrez les premiers Cours Alunissons !
Nouveau !

Inconscient.XYZ - ! Hackez votre inconscient et facilitez vous la vie

L’Entropie, selon Mylonite – Interview Alunissons

J’ai l’immense joie et l’infini plaisir de vous présenter Mylonite, un jeune geek rappeur indépendant qui n’hésite pas à profiter de l’autonomie artistique nouvelle rendue possible grâce à l’outil informatique et l’Internet pour mettre en oeuvre ses nombreux talents ! Il est cap’ d’absolument tout ce qu’il faut à un musicien : écrire, composer, chanter, mixer, produire, distribuer et même, ce qui sans doute importe le plus, observer sa société, mener de profondes réflexions avant d’exprimer très exactement les messages qui lui apparaissent les plus utiles à l’évolution de cette société, mais aussi, je dirais, de l’Humanité dans son ensemble. Son art pour autant reste en constante évolution lui-même, grâce à sa curiosité et sa volonté sans réserve d’acquérir toujours plus de savoirs, découvrir toujours plus de cultures, comprendre toujours plus précisément l’univers, la vie, les hommes, dans toute leur complexité dont non seulement il a conscience, mais encore, qu’il défend face à une volonté globale de trop simplifier au sein d’un système ! Vous trouverez même un outil bien pratique en fin d’interview, cadeau de l’artiste !

Trêve de tralalas, ça ne colle pas à son genre, et vous l’avez déjà compris : j’admire, bien malgré lui ! Parce que, bon… En même temps, pourquoi irais-je vous présenter des oeuvres et des gens qui me laisseraient indifférente ? La vie est faite pour être vécue passionnément ! Alors c’est parti, je vous invite chaleureusement à découvrir, suivre et soutenir Mylonite, dès ce premier album, Entropie, qu’il vient de sortir en toute indépendance !


Je pense que nous vivons
très loin de ce qu’est la vie et l’univers


P. : Mylonite ! Ravie de te retrouver ici, sur Facebook,  où nous nous sommes rencontrés il y a quelques mois pour le lancement des Petites Leçons d’Enfants aux Adultes de leur Temps, auquel tu as généreusement participé par l’une de tes chansons. Depuis, tu as fait un sacré bout de chemin ! Raconte nous toutes tes avancés en détail…

M. : J’ai sorti un EP (mini album) de 10 titres en vente digitale uniquement, qui se nomme Entropie. En parallèle j’ai officiellement démarré une activité de compositeur de bande originale de films et de jeux vidéos.

P. : Tu as créé ta propre structure ? Tu fais tout en solo ou tu as des compagnons d’aventure ?

M. : Tout en solo et pour la composition, je suis en train de créer une structure nommée MRP (voir la page fb)

P. : MRP pour dire…?

M. : Mylonite Recordz Production

P. : Ah ben logique, oui ! *rires*

M. : Si je l’avais appelé Nénuphar Coquillage Toiture les gens n’auraient pas compris *mdr*

P. : *rires* En effet ! Toute cette autonomie est incroyable… Comment en es-tu arrivé à la musique, puis à ce stade d’en faire une profession et y consacrer tout ton temps ?

M. : J’ai commencé l’écriture très jeune, vers mes 14 ans, puis ensuite j’ai découvert le hip-hop et le rap, alors j’ai voulu mettre mes écrits en chanson, simplement pour partager mes questionnements.

P. : Tes écrits dénotent ces influences, c’est vrai, mais il y a une part de toi qui fait qu’on te perçoit comme quelqu’un qui veut vivre dans un monde différent, et qui se le construit. Comment décrirais-tu ton monde meilleur ?

M. : Ailleurs… Bien que ce ne soit pas la Terre qui me dérange, mais les humains qui sont dessus (enfin pas tous quand même…) Je pense que nous vivons très loin de ce qu’est la vie et l’univers, et l’actualité me le prouve chaque jour… Ce matin par exemple, on entend parler des migrants et de comment s’en « préserver ». Mais que leur reproche-t-on en fait ? De ne pas être nés au bon endroit ? De vouloir vivre ? Nos vies sont-elles plus importantes que les leurs ? Y a t’il une échelle de valeur humaine ? Sommes-nous égoïstes à ce point-là pour ne penser qu’à notre confort personnel ? Puis, pour moi, regarder quelqu’un mourir sans rien faire ou le tuer, c’est un peu la même chose… Je voulais juste illustrer un exemple quotidien qui fait que je me sens loin de ce monde

P. : Alors dis-moi… Quelle Humanité aimerais-tu vivre si ce n’est dans le monde entier, ne serait-ce qu’au sein de cette vie que tu te crées en suivant ta passion ?

M. : Un monde meilleur serait pour moi un monde où les gens prennent le temps de penser, de réfléchir aux choses en profondeur, et à long terme aussi, en prenant du recul sur les choses et sur sa propre personne, car la vie, le monde et l’univers ne sont pas simples. Tout est complexe même si on veut tout simplifier pour de mauvaises raisons. Là, j’ai pris qu’un exemple qui est l’immigration clandestine, mais il y en a des milliers comme ça… Voilà où est le mal du monde selon moi : l’ignorance. Car elle mène à la bêtise et aux comportements les plus surréalistes… Je pense que le système éducatif en règle générale a une grande part de responsabilité là-dedans. (Tu as vu, tu as de la chance tu n’as même pas à poser de questions…)

P. : (C’est génial ! Je bois mon café et j’admire c’est tout ce que j’ai à faire *rires* Vive la liberté d’expression !)

M. : En même temps, si j’avais rien à dire je ferais mieux d’arrêter le rap *lol*

P. : *rires* 

M. : Tiens, parlons-en, de la liberté d’expression…

P. : Oui. Parles-nous en, de la liberté d’expression

M. : Je ne suis pas Charlie et je ne suis pas terroriste ! Une fois de plus, on a eu un exemple de l’aspect réducteur et peu critique de l’humain, dont certains profitent. J’ai écris un titre là-dessus qui est dans Entropie et qui se nomme Violences Hebdomadaire  Le mieux, c’est de l’écouter directement

P. : Je l’ai écouté oui, j’aime beaucoup.

M. : Puis bon, la liberté d’expression, admettons, mais la liberté d’être entendu alors ?… Car si tu ne diffuses aux gens qu’un seul message et que les avis différents, tu les masques… En fait le fait de matraquer une info c’est en quelque sorte censurer les autres…


Depuis que les gens sont connectés,
ils se sentent plus seuls qu’avant


P. : Justement, les musiciens ont de nos jours bien du mal à se faire entendre. De ce qu’on m’en a dit, d’expérience, et pas de news, c’est qu’il ne leur reste plus que les salles pour s’exprimer, tant les monopoles grappillent du terrain, et qu’actuellement, même les salles sont en voie de monopolisation. Comment comptes-tu gérer cet aspect dans ta boîte ?

M. : C’est pas de la faute des lobbies de la musique uniquement, le public est responsable également, car il choisit ce qu’il écoute, surtout avec Internet, maintenant…

P. : Oui, il semblerait que plus l’Internet et l’outil informatique permettent à tous de créer, plus il est difficile d’atteindre un public.

M. : Depuis que les gens sont connectés, ils se sentent plus seuls qu’avant… Les gens n’échangent pas, ils se comparent. Il n’y a pas vraiment de dialogue, donc. Après, oui, le système nous conditionne dans cette voie, mais j’estime que chacun peut faire l’effort de réfléchir pour faire la part des choses….

P. : Oui, d’ailleurs, ne penses-tu pas que seule la rencontre vraie, toucher les coeurs et les intellects plus que les gros budgets puisse nous sortir de ce paradoxe ? Je pense à des groupes comme Dub Inc, totalement indépendants, et qui à force de rencontres se sont constitués un public très large.

M. : Là ou c’est complexe, c’est que moi, ce monde ne me plait pas, et tu es un peu dans le même délire, donc tu es d’accord, mais certains aiment peut être tout ce que je dénonce, et je suis personne pour dire que j’ai raison et pas eux, donc au final, c’est peut être moi, l’anomalie, et pas les autres…

P. : Tu dis ça parce que tu réfléchis trop profondément  Tu ne peux pas être une anomalie en exprimant librement et entièrement ton talent

M. : Non, j’essaie juste d’être honnête, et je pars du postulat que je ne détiens pas de vérité.

P. : Tu en détiens une. La tienne. Ta perception, de ta réalité. Ton expérience et ce que ta vie t’enseigne. Mais je comprends ton propos !

M. : Oui, la mienne, voilà, ce pourquoi je ne peux pas l’imposer et dire j’ai raison ! C’est comme la démocratie, elle a atteint ses limites, je pense, car raisonner par la masse, c’est créer des injustices… Et non, je ne peux pas te donner là un autre système qui me paraîtrait viable et juste, car c’est extrêmement complexe, comme l’univers et le reste  Peut être que simplifier les choses et ne pas tout prendre en compte c’est ça, qui nous fait du mal.

P. : Ton honnêteté est à toute épreuve 

M. : J’essaie surtout de l’être avec moi-même pour essayer de me comprendre déjà *mdr*

P. : *rires* Ben c’est pas une mince affaire, hein T’es parti à l’aventure, là ! C’est vrai que je suis d’accord, tu sais, en ces temps où une évolution se fait, je préfère moi aussi parler de nos rêves de mondes meilleurs, au pluriel, sachant que chacun a sa vision et donc sa part à jouer dans toute cette complexité.

M. : Exactement, l’idéal est multiple et aussi unique, comme nous, nous sommes multiples et uniques  Paradoxal et complexe… Ça ressemble à des chansons à moi ça, en fait

P. : Sans doute, l’erreur est, comme tu le dis, de vouloir contrôler cet ensemble, plutôt que de le laisser être et se goupiller de lui-même, dans la liberté de chacun.

M. : Oui, c’est comme dans mes musiques, je veux pas apporter des solutions ou des vérités, chacun a les siennes, mais amener des pistes de réflexion, des débuts de quelque choses, pas tout un chemin…


Je ne veux vraiment pas encourager
ce système qui « starifie » les gens


P. : On a déjà mentionné deux de tes chansons, si tu devais en choisir encore une pour laisser un dernier message dans cet article, aux lecteurs, laquelle choisirais-tu ?

M. : T’en donner qu’une serait être réducteur et limiterait mes propos et ma réflexion à une seule chose, ce qui contredirait ce que je te dis juste avant, donc désolé, mais c’est un ensemble complexe à prendre en entier  C’est juste que j’essaie d’être cohérent en fait *lol*

P. : *rires* Alors, je choisis Save our Souls, quand même !

M. : Pour info, SOS, est un message envoyé dans l’espace à destination d’une éventuelle autre civilisation, je te le dis pour mieux la comprendre.

P. : C’est un plaisir inouï de refaire le monde avec toi, et je pourrais continuer jusqu’à refaire tout l’univers, mais on arrive au bout de notre heure prévue…

M. : J’ai pas d’heures  Là aussi, à se dire on arrête à telle heure, c’est réducteur et ça limite… Un mal de plus de notre époque *lol*

P. : Chouette ! Je suis libre aussi  Alors on continue un peu, pour voir… Peut-on en savoir un peu plus sur ton histoire personnelle ? Une anecdote qui te raconte bien ou un historique, comme tu veux ? Qui est Mylonite, derrière sa fonction de musicien indépendant ?

M. : Je vais encore faire le chiant, désolé, mais ma vie perso n’a pas d’importance. Je t’encourage d’ailleurs à écouter mon dernier titre nommé « In Out » et qui n’est pas sur Entropie, car je l’ai fait après, où je dis dans le refrain « ce qui compte c’est le message, l’ego de l’artiste on s’en fout »

P. : Je vais être chiante aussi du coup, mais l’ego ne m’intéresse pas, j’aime révéler la part unique à chacun 

M. : Je suis désolé, mais je ne veux vraiment pas encourager ce système qui « starifie » les gens, je veux pas qu’on s’identifie à moi ou autre, je suis un être humain qui souhaite partager ses pensées sous forme artistique, pour par l’échange, évoluer  Je sais que tu fais pas ça pour starifier ou autre, mais ça commence comme ça… Je ne veux pas créer un personnage même si du fait de le dire, j’en crée déjà un… Je ne partage pas ma personne, mais ma musique, d’ailleurs tu ne verras que très peu de photos de moi, car quand j’ai plus de likes à mes photos qu’à mes musiques, ça me dérange un peu *lol*

P. : Tu es un personnage de la Vie que tu le veuilles ou non, mais d’accord, j’accepte qu’elle t’ait fait musicien, point barre 

M. : J’ai la chance de pouvoir faire de la musique, je sais que tout le monde ne peut pas écrire, composer, ect… Mais c’est aussi beaucoup de travail et de réflexions, c’est pas juste un talent, ou un don. Faut aussi essayer de faire les choses à fond des fois et de s’en donner la peine.

P. : C’est à mes yeux très courageux de créer avec les nouveaux moyens du bord de nouvelles manières d’être, de vivre et développer la liberté d’être qui l’on est !


J’essaie de me cultiver tout le temps
et dans tout les domaines, pour être le plus objectif
dans mes pensées et dans leur partage


M. : Apres le risque de tout ça, c’est que ma musique ne tourne pas *mdr* car bon, l’aspect artistique c’est une chose, mais le fait de ne pas vendre mon physique, par exemple, ça freine le partage de mes musiques car les gens ne veulent pas partager seulement un message ou une idée, ils veulent s’identifier et se comparer, une fois de plus… Mais bon, au moins, je suis en accord avec ma conscience  Après, je vais pas faire de la sociologie à deux ronds, mais bon….

P. : Je peux interférer sur ton propos, encore ?

M. : Bien évidemment, je t’en prie  Interfère

P. : *rires* Merci ! Je sais que ce n’est pas habituel dans une interview, mais j’aime ce qui ne l’est pas  Les gens veulent aimer et être aimés. A mes yeux de slave grandie au son des tziganes, la musique est un message, une manière de communiquer et d’unir les gens dans un quotidien qui les sépare. Si tu gardes cette idée en tête, y’a bien plus de moyens que les photos de les atteindre par le coeur et trouver son public. Je suis certaine qu’une personne aussi consistante et claire que toi ne peut que réaliser et réussir tout ce qu’elle entreprend, et c’est la raison pour la quelle j’ai eu envie de réaliser cette interview, pour offrir l’exemple d’une personne qui fait ce que sa conscience lui dit de faire quoi qu’il entende des autres.

M. : Ça, l’avenir me le dira, ou pas *lol*

P. : C’est extrêmement important de croire en soi et en ses rêves, je pense qu’on y a droit en toute modestie  D’ailleurs, si tu n’y croyais pas, t’en serais pas là. Mais je vois bien le suspens ! Et je te souhaite la plus belle des rencontres avec ton public !

M. : Mais je crois en mes titres et j’espère qu’un jour ils trouveront un public plus large, afin qu’ensemble, nous créions des réflexions communes pour essayer de trouver un nouveau système, par exemple, car tout seul, je ne peux pas.

P. : Yalla !!! J’aime lire ça !

M. : Je tiens à préciser une chose, pour avoir des réflexions étoffées disons, j’essaie de me cultiver tout le temps et dans tout les domaines, pour être le plus objectif dans mes pensées et dans leur partage. Cela prend du temps mais en vaut vraiment le coup pour arriver à prendre du recul et avoir un œil critique sur le monde  Nous avons encore tellement a désapprendre et à apprendre !

P. : Le savoir existant est aussi passionnant que celui encore à construire ! Penses-tu avoir dit ce que tu avais à dire dans cette interview où as-tu des choses importantes à ajouter ?

M. : Je n’ai pas tout dit, non, mais on aurait pour le coup pas assez de temps, et la pyramide de Maslow m’impose certaines choses *mdr* Cela dit, je compte écrire d’autres musiques, donc le message continu  Après, c’est bien aussi une interview de ce genre, dans la mesure où c’est plus spontané et puis je parle à quelqu’un directement, pas à mon micro *lol*

P. : *rires* Il faut bien des liens humains aux humains ! Pour terminer, raconte nous un peu tes projets en cours et à venir !

M. : J’aimerais que la partie compositeur se développe plus, histoire de contribuer à d’autres œuvres, comme des films, qui ont leur propre message, et que ma musique viendrait enrichir.


Je m’en sers dans mes réflexions,
pour décrypter certaines informations, pour gratter la surface.


P. : Bon, dis-moi, on on a bien fait le tour de ton monde ?

M. : Non, il est immense *lol* Infini comme ce qui entoure l’univers

P. : *rires* J’tends des perches, hein ?

M. : Grave *lol* Tiens, pour terminer, il existe un exercice, c’est plus un outil en fait (comme il en existe beaucoup), que j’aimerais proposer aux gens.

P. : Un outil ?

M. : Il s’appelle le 5 pourquoi. C’est un outil utilisé dans l’industrie pour la résolution de problèmes et on peut aussi s’en servir pour mieux comprendre une information, par exemple. L’idée est simple, c’est de se poser 5 fois la question pourquoi. Je vais te le faire faire  Pose une question, peu importe. Pas relative à moi par contre *lol*

P. : OK. Pourquoi les média transmettent de la négativité au quotidien ?

M. : Donc ça c’est le premier pourquoi. Réponse : car c’est rentable. Deuxième pourquoi : pourquoi c’est rentable ? ect… Ca permet d’aller à la source des choses, après tu peux en faire 5 ou plus si besoin… Tu comprends le délire du truc ?

P. : Oui ! Génial comme outil ! Tu l’utilises dans ton écriture ?

M. : Je m’en sers dans mes réflexions, pour décrypter certaines informations, par exemple, pour gratter la surface. Des fois ça t’amène super loin, à des causes racines que tu n’aurais même pas imaginé… Par contre faut faire attention de ne pas faire de raccourcis intellectuels rapides car c’est dangereux sinon, c’est comme une arme, l’arme en soi est inoffensive, c’est qu’un objet, qu’un outil, c’est ce qu’on en fait qui est dangereux.

(N.B. : Ce peut également être un outil sympa de développement personnel, pour comprendre certains de nos blocages et gagner en liberté d’être soi !)

P. : Wow, je t’ai soutiré 2h dis donc !

M. : Soutiré… *lol* Dans la mesure du possible et de mon temps, évidement, je réponds à tous ceux qui viennent me parler, je fais ça pour échanger en premier lieu, comme notre discussion de ce matin. Voilà ce que j’appelle une interview utile au moins !

P. : *rires* Ils vont adorer !

M. : En tout cas, c’était bien sympa ce moment  Merci pour ton soutien, pour l’intérêt que tu portes à mes musiques, du temps que tu leur consacres et pour ton ouverture d’esprit ! Tu contribues à créer la liberté d’expression par ton écoute

P. : Ce fut deux bonnes heures de pur plaisir à partager ! Merci Mylonite, ton univers est passionnant, complexe, sincère, c’était simplement réjouissant de te lire ! En plus, t’es doué pour les compliments qui touchent *rires* Que demande le peuple ! Encore merci pour cet échange, c’est un trésor pour Alunissons !!!!

M. : Et encore, merci à toi de me permettre de m’exprimer 


Et voilà, les Amis… C’est fini… Et voilà… Enfin presque ! Il vous reste tout un album à découvrir et partager, et ce n’est que le premier…. Régalez-vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mylonite sur le web

Sur Deezer
Entropie, premier EP de Myllonite
Sur Soundcloud
Quelques titres d'Entropie et un inédit !
Sur vos sites de vente préférés !







Sur Facebook
MRP - Mylonite Recordz Production
La page officielle de Mylonite
Et sur Alunissons
Mylonite - Offre d'emploi - lyrics & mp3
Si vous avez aimé, partagez sur vos réseaux sociaux !